Skip to Menu Skip to Search Nous contacter Canada Sites web & Langues Skip to Content

Dans la majorité des juridictions, la législation environnementale exige que les résidus d'usine soient traités afin de détoxifier le cyanure avant qu'ils ne soient déposés dans des installations destinées aux résidus.

Afin de prouver sa conformité, un schéma de traitement métallurgique démontrant les étapes qui seront entreprises pour traiter le cyanure est requis par la majorité des institutions financières. SGS est le leader mondial dans tous les aspects du cycle du cyanure, y compris la chloration alcaline pour la destruction du cyanure. Nous vous aidons à traiter ce domaine de risques techniques.

SGS développe régulièrement les schémas de traitement de destruction du cyanure et mène les essais par lots ou à l'échelle pilote requis. Les données générées par de tels essais sont utilisées afin d'établir les paramètres techniques, et de concevoir ensuite les installations d'exploitation qui produiront des concentrations de cyanure conformes au sein de vos résidus, au coût le plus bas possible.

La chloration alcaline fournit un certain nombre d'avantages importants :

  • Inclue un oxydant puissant  
  • Peut oxyder le thiocyanate (réaction 3)
  • Peut oxyder le cyanate en N2 et CO2 (réaction 4 dans une seconde étape), évitant l'hydrolyse du cyanate en ammoniac indésirable (réaction 6)
  • N'exige aucun catalyseur de cuivre  
  • Offre des cinétiques rapides
  • Peut oxyder efficacement le CN-WAD (CN-WAD est donc également appelé « CN soumis à chloration ») laissant une faible quantité de cyanure de fer toxique en solution

Les limites à la chloration alcaline incluent :

  • Processus non sélectif, entraînant une haute consommation de réactif 
  • Requiert un pH élevé (pH 11) afin de garantir l'hydrolyse rapide et complète du gaz de chlorure de cyanogène hautement toxique (réaction 8)
  • Le ferrocyanure n'est pas détruit, mais uniquement partiellement oxydé en ferricyanure (réaction 5). Requiert une phase et un réactif supplémentaires afin d'éliminer le cyanure de fer (si nécessaire) sous forme d'un précipité de cyanure de fer du métal commun (tel que dans la réaction 9)
  • Peut laisser du chlore résiduel en solution (exigeant une lagune tertiaire ou une phase d'aération)

La chloration alcaline est un processus relativement simple dans lequel le lixiviat de cyanure est traité au cours d'une procédure à neuf étapes. Au cours de la chloration alcaline, le cyanogène (CNCL) est formé et hydrolysé en cyanure (CNO) à un pH alcalin :

Réactifs
CI2+ 2NaOH --> NaOCI + NaCI + H2O              

Réactions
NaOCI + CN-WAD --> CNO-+ NaCI
4NaOCI + SCN-+ 2OH- --> CNO-+ SO42-+ 4NaCI + H2O
3NaOCI + 2CNO-+ 2H+--> N2 + 2CO2+ 3NaCI + H2O
2Fe(CN)64-+ NaOCI + 2H+--> 2Fe(CN)63-+ NaCI + H2O
CNO-+ H++ H2O --> CO2+ NH3
NaOCI + CN-+ 2H+--> CNI + Na++ H2O
CNCI + 2OH---> CNO-+ CI-+ H2O
6FeSO4+ 4Fe(CN)63---> 2Fe3(Fe(CN)6)2+ 6SO42-

SGS possède la technologie et l'expertise pour vous fournir une gestion du cyanure tangible et effective à chaque phase de votre opération de récupération de l'or. Contactez-nous tôt dans la phase de proposition et de planification de votre exploitation de l'or afin de déterminer si la chloration alcaline est la meilleure solution pour la destruction du cyanure sur votre site.